Fer de lance avec Halo du jeu d’action sur Xbox, la série Gears of War a connu son heure de gloire à la fin des années 2000 avant de sombrer dans l’oubli. Après Epic Games, c’est désormais grâce studio The Coalation que les Gears reprennent le boulot. 

La caractéristique principale qui a fait sortir du lot Gears of War est le cover shooting, cette façon dont les personnages ont de se mettre rapidement à couvert avec autant d’agilité était assez inédite à l’époque. Le système marchait si bien qu’au fur et mesure des nouvelles éditions du jeu, tout le gameplay reposait exclusivement sur ce principe.  Au point que l’action se résumait à se planquer, tirer sur tout ce qui bouge à l’horizon, avancer et recommencer. Tel un rail shooter, Gears n’était plus qu’un jeu de tir bourrin sans vraiment de valeurs ajoutées. Si The Coalition a gardé tous les ingrédients de base de la recette, ils ont fait progresser la jouabilité vers une nouvelle dynamique. Notamment avec l’intervention d’un robot volant. Véritable couteau suisse de combat, il sert pour l’offensive comme pour la défense. Les combats changent alors de perspective et c’est probablement la meilleure idée que les développeurs ont eu pour relancer l’intérêt de la licence. Autre trouvaille qui donne au jeu une belle respiration, l’alternance de mondes ouverts et de couloirs. Certes ce n’est pas très original, mais les combats étant de plus en plus intenses à mesure de la progression dans l’histoire, ces moments d’exploration permettent de souffler. À ce titre, la gestion du rythme est une vraie réussite, comme l’ensemble du jeu finalement. 

Éditeur : Xbox Game / The coalition
Genre : action
Plateforme : Xbox One, PC
Déjà disponible