Fidèle à la citation du grand chimiste A. Lavoisier, « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme », Ubisoft recycle son dernier Far Cry en un nouveau jeu baptisé New Dawn.

 

S’il n’est pas indispensable d’avoir parcouru Far Cry 5 pour débuter ce nouvel épisode, les connaisseurs auront une expérience de jeu plus profonde que les néophytes. En effet, New Dawn se situe après une apocalypse et la familiarité avec des lieux en ruine déjà explorés dans l’aventure précédente procure une légère sensation de mélancolie. C’est d’autant plus troublant que Far Cry 5 mettait en scène une région américaine habitée essentiellement par des survivalistes obsédés par la fin du monde, construisant de ce fait des abris anti-atomiques aussi facilement qu’un abri de jardin. Le contexte de New Dawn leur donne donc raison (gloups !), la catastrophe est bien arrivée et voici que les humains sont contraints de se réorganiser via des communautés aux desseins pas toujours compatibles : il y a les pacifistes, les voyous, les mystiques ou les francs-tireurs. Toutefois, alors que les joueurs ont l’habitude des terres brulées et des mutants lorsqu’il s’agit de « post-apo », les développeurs ont choisi ici une fin du monde fleurie. À l’image d’Horizon: Zero Dawn, la nature est sauvage, vivante, luxuriante et indéniablement belle. Ces circonstances donnent de l’éclat au jeu face une narration vraiment pâlichonne. L’action à proprement parlé est bien servi.  De ce point de vue-là, la série Far Cry est une valeur sûre. Une facette un peu plus RPG a été par ailleurs accentuée. L’accumulation des ressources est indispensable pour se renforcer, d’autant plus qu’il y a souvent moyen de se s’imposer des défis.

Genre : action

Éditeur : Ubisoft

Plateformes : PS4, Xbox One, PC

Sortie : déjà disponible