À ne pas confondre avec l’EDM actuelle qui a notamment envahit le continent américain (au secours !), l’EBM (Electronic Body Music) trouve ses racines dans la new-wave des années 80, avec comme fers de lance des groupes comme les Belges de Front 242 (à l’origine du terme EBM), les Anglais de Nitzer Ebb (ceux qui les ont vus en première partie de Depeche Mode s’en souviennent encore !), le duo belge de Louvain The Neon Judgment, les Slovènes de Borghesia. Annonciatrice de la house et de la techno, cette scène musicale est composée principalement d’outsiders et d’artistes underground utilisant une imagerie dark, voire gothique, ainsi que la froideur mécanique de monde industriel (dont on retrouve des sonorités métalliques dans la musique elle-même) en utilisant les synthétiques et boîtes à rythmes révolutionnaires. Sur les bases de la mythique  compilation This Is Electronic Body Music, publiée en 1988 par le label Play It Again Sam, voici aujourd’hui Dancing In Darkness, nouvelle collection de morceaux fondateurs signés DAF, Click Click, Meat Beat Manifesto, Cassandra Complex ou encore Throbbing Gristle (qui éclatera en plusieurs entités : les lumineux Chris & Cosey et les plus obscurs Psychic TV et Coil). Fans de new-wave, si vous de connaissez pas l’EBM cette compilation en est une parfaite carte de visite.

(Pias)