Telle une hybridation des genres, Sniper Ghost Warrior trouve petit à petit son propre style entre action, infiltration et FPS. Le thème du tireur d’élite offre en effet un gameplay typique qui se distingue du jeu de shoot ordinaire.

Alors que la Sibérie fait sécession avec la Russie, le chaos s’empare de ces territoires. Le héro est alors engagé comme joker pour faire un peu le ménage parmi la lie des trafiquants et autres terroristes. Le jeu propose cinq environnements différents, dans lesquels une série d’objectif est à accomplir. Le level design est assez convainquant et les ambiances sont bien travaillées. A chaque fois, il convient de trouver un lieu qui domine les diverses zones. C’est alors que débute le véritable leitmotiv de Sniper Ghost Warrior Contracts. Il s’agit d’éliminer les cibles sans se faire repérer. Si l’alarme se déclenche, la partie prend une autre tournure dont l’issue est très fréquemment fatale. Le gameplay autour du système de visée fonctionne très bien. Il faut prendre en compte la distance, la force du vent et décaler son viseur en fonction de ces paramètres. C’est particulièrement gratifiant de réussir à toucher une cible lointaine et bien planqué. Le niveau de satisfaction est encore plus intense lorsque les ralentis se lancent : la caméra suit la balle avec toute une ribambelle d’effets de vitesse et de rotation. Toutefois, les adversaires sont particulièrement débiles. Ils n’ont que pour seule consigne, celle de se planquer dès le branle-bas de combat. Certes c’est la meilleure solution dans la vie réelle, mais dans un jeu de tir cela enlève beaucoup de saveur. De plus, le contournement n’était visiblement pas à l’ordre du jour des entraînements de l’armée russe. Mais ces défauts d’intelligence artificielle ne sont pas vraiment un problème tant que le joueur se cantonne au rôle de sniper fantôme. Il faut prendre le jeu comme un exercice de patience et d’observation.

Éditeur : CI Games
Genre : FPS
Plateformes : Xbox One, PS4, PC
Date de sortie : déjà disponible